Hymne des petits, des sans-grades et des    handicapés
(baryton solo, choeur, piano, orgue & orchestre symphonique) 2012

Après avoir partagé les moments chaleureux et les témoignages des accidentés de la vie, j'ai compris que cette proposition était parfaite pour témoigner et participer de mon attachement aux découvertes de la résilience, mise en évidence aux USA entre 1939 et 1945 par Werner et Smith, puis par Michael Rutter dans « Resilience in the face of adversity – protective factors and resistance to psychiatric disorder » (1985), principes qui m'ont fondamentalement aidé à comprendre ma vie, celle des autres, d'appréhender aussi que la chance comme la force dans la vie sont dans le handicap, comme elles sont dans l'échec, qu'il est pratiquement nécessaire pour se construire de rater, de se tromper, de rencontrer des écueils. N'est-ce pas l'immense (à tous les titres) basketteur américain Michael Jordan qui disait "Le succès d'un homme n'est que la somme de tous ses échecs" ?

Le chef voulait un thème simple, beau et grandiose, une marche évolutive qui symboliserait pour les résilients le parcours semé d'embûches qu'il leur faut suivre pour renaître à la vie, pour passer de l'obscurité à la lumière. Il m'a donné comme référence musicale la fameuse Pompe et circonstance Marche no. 1 d'Elgar qui marque les saisons des Prom's au Royal Albert Hall de Londres. Puis nous avons aussi parlé de l'exceptionnelle musique d'Ennio Morricone, Mission, très chère à nous deux, puisqu'un compositeur de notre époque en pleine tourmente de la musique contemporaine réussit la gageure de faire du brillant, du poignant et du nouveau avec des idées musicales fort peu révolutionnaires, mais avec un talent, une verve, une humanité dont le succès public mondial de l’œuvre est un témoignage qui se passe de commentaires.

Hymne des petits, des sans-grades et des handicapés   6'50 "

Nomenclatures disponibles

HYMNE DES PETITS, DES SANS GRADES ET DES HANDICAPÉS
(texte original)
Création :
Baryton Solo Guillaume POLLARD
Chef d'orchestre Hugues REINER
Orchestre et Chœurs Résilience

Dès mon enfance je n'ai pas eu la chance
de grandir dans l'univers de l'insouciance
car j'étais un cas, un malade, un infirme
qui n'avait de droit que celui d'être à part.
Je voulais vivre comme les uns, comme les autres,
(montrer du doigt le public)
mais ils ne me voyaient pas comme l'un des leurs.
Alors j'ai construit un désir invincible,
au fond de moi un fleuve sans entraves.
(le poing sur la poitrine)

Un jour c'était "Tu n'pourras y arriver"
et le lendemain "Tu es handicapé".
Mais moi malgré mes failles et ma différence
je ne me voyais à jamais condamné.

Je voulais vivre comme les uns et les autres,
(montrer du doigt le public)
mais ils ne me voyaient pas comme l'un des leurs.
Alors j'ai construit un désir invincible,
au fond de moi un fleuve sans entraves.
(le poing sur la poitrine)

Oh ! J'ai bien donné,
j'ai bien souffert,
j'en ai bavé
dans mon enfer.
Il fallait vouloir
sortir du noir
et mériter
une autre vie,
un paradis
pour démunis
et la musique,
(montrer du doigt le chef et l'Orchestre)
comme une amie,
m'a pris la main
sur mon chemin d'airain.

(Solo Djembe)

Dans ma croissance je n'eus pas la malchance
de vivre dans le monde de la dépendance
car j'étais bien seul, inconscient, invalide,
inapte à rêver d'un nouvel avenir.

Je voulus vivre comme les uns et les autres,
(montrer du doigt le public)
mais ils ne me voyaient pas comme l'un des leurs,
alors j'ai construit un désir invincible,
au fond de moi un feu irréductible.
(le poing sur la poitrine).

De mon errance est née ma renaissance (ma résilience),
j'ai ressenti une profonde jouissance
à chanter les jours et les nuits, comme un fou
qui n'en peut plus de raconter son bonheur.

Je voulais rire comme les uns et les autres
mais je sentais que je n'étais pas des vôtres.
Alors j'ai construit un chant indestructible,
au fond de moi un océan de joie.
(les poings sur la poitrine qui s'ouvrent vers le public).

Et la musique devint notre espérance,
chaque jour nous rencontrons la souffrance
car nous sommes des cas, des malades, des infirmes
mais qui ne veulent plus jamais être à part.

(en riant) Ah, Ah, Ah, Ah, Ah, Ah, Ah, Ah

Auteur, compositeur, orchestrateur François SERVENIÈRE
août 2012

  




















































































Contact  
Références  
Biographie  
Recommander  
Curriculum Vitae  
Magasin en ligne  
Liens  
Blog  

FR |  EN |  ES   

     
[Video  tags]
lumière songe
enfants voiles
voyages voie
lactée
rythme
harmonie paix
deux pianos jazz
cosmic