Valse de Juliette
(valse concertante pour clarinette, cor anglais, piano et orchestre symphonique) 1997-2000

Souvent dans la carrière d'un compositeur, le destin de certaines oeuvres doit beaucoup au refus premier de leur commanditaire. C'est le cas de celle-ci.

Rejetée sous sa forme originale, une chanson sur le texte A bouche que veux-tu ? de Valentine Petit pour le ballet Un bon petit diable de Roland Petit, cette pièce va devenir la Valse de Juliette sous sa forme orchestrale. Rallongée d'une marche harmonique finale pour atteindre au paroxysme de l'envolée lyrique, elle constitue pour ses interprètes une pièce de choix pour qui aime la Vienne dansante du XIXè et... la Broadway chantante de la fin du XXè siècle. On m'a même récemment objecté qu'elle contiendrait des influences Shostakovitchiennes ... Que dire ? On ne peut créer qu'en étant nourri d'influences. Les créateurs ne sont que des filtres et la formule de Lavoisier "Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme" s'applique évidemment à la création artistique.

A ce propos, j'ai entendu un jour un réalisateur scénariste de la Nouvelle Vague dire que "dès qu'il sentait une influence dans son écriture, il la supprimait"... Le pauvre, s'il avait été honnête intellectuellement et avait possédé la connaissance universelle pour affirmer cela, il aurait du livrer page blanche.

Dans la valse de Juliette, le piano est un peu virtuose. Les violons glissent en de nombreux et envoutants poussés. La clarinette et le cor anglais se répondent sur un thème classique et simple. Les cuivres et les percussions éclatent sur un final grandiose qui s'apaise et s'alanguit grâce aux derniers accords de la harpe. Oeuvre indépendante à sa creation ou au concert, elle a intégré depuis l'opus Queue diable !.

Valse de Juliette 

 5'35"








Contact  
Références  
Biographie  
Recommander  
Curriculum Vitae  
Magasin en ligne  
Liens  
Blog  

FR |  EN |  ES   

     
|Video  tags|
lumière songe
enfants voiles
voyages voie
lactée
rythme
harmonie paix
deux pianos jazz
cosmic marché